Pelvoux Ecrins 2018 Déterminé À L’emporter Mercredi

Dans 2 jours les administrateurs du CNOSF choisiront entre Nice, Grenoble, Annecy et Pelvoux.....

.....le territoire qui représentera la France pour tenter d’obtenir les Jeux Olympiques d’hiver de 2018 (décision du CIO en juillet 2011). Avec un concept en rupture avec les habitudes et riche de sens pour la France
et l’Olympisme, Pelvoux Écrins 2018 compte bien créer la surprise malgré un rapport de la commission d’évaluation évidement négatif puisque basé sur une forme de JO classiques (ville + montagne).
Il comporte aussi des erreurs que le CNOSF a logiquement accepté de corriger ce qui va, y compris sur un raisonnement de JO classiques remettre Pelvoux Écrins dans les outsiders. Plus que jamais les Alpes
du Sud derrière Pelvoux sont à même d’organiser les plus beaux Jeux Olympiques d’hiver.
 

Il n’a échappé à personne que Pelvoux Écrins 2018 proposait des Jeux différents : économes, humanistes,
transfrontaliers, à la montagne, en pleine nature...
Les Jeux Olympiques d’un monde qui change pour conduire le mouvement Olympique à faire un choix qui correspond à l’air du temps et pour permettre à la France d’adresser un message adapté au monde de demain.
C’est sur ce choix fondamental, entre jeux classiques et jeux d’une nouvelle ère que les administrateurs du CNOSF doivent se prononcer ce mercredi 18 Mars à 11h.
Le reste est presque à reléguer au rang de détail, puisque l’on peut faire les jeux partout, Sotchi 2014 en est le parfait exemple !. Reste cependant, par souci d’économie, à proposer un dispositif solide en matière de sites, de transport et d’hébergement, ce qui est le cas de Pelvoux Écrins 2018.
 

La deuxième série de questions que devront trancher les votants est relative au territoire qui sera choisi qui parmi les candidatures.
Quel est celui qui a le plus besoin de l’élan Olympique pour le développement du sport, pour le rééquilibrage territorial, pour le juste équilibre régional entre Rhônes-Alpes -qui a eu les jeux trois fois et PACA jamais.
Le résultat du vote sera donc riche d’enseignement quant à la vision que le mouvement sportif a de l’avenir et dans quelle mesure il sait prendre en compte l’avis des français qui à 81% (Ifop) préfèrent le concept Pelvoux et de l’Etat qui préconise le même choix (lettre Borloo/NKM). Pelvoux Écrins 2018 est conscient de la difficulté de la tache pour le CNOSF et réaffirme son respect de la légitimité du mouvement sportif à cependant faire les choix qu’il souhaite et qui lui paraissent les meilleurs.
 

S’agissant du comité d’évaluation qui a laissé penser un instant que Pelvoux Écrins 2018 était éliminé en passant son projet au crible des critères visant à réaliser des jeux classiques (ville et montagne); le comité de candidature a déposé ce jour un recours en révision du rapport afin de gommer les erreurs qui étaient apparues et revenir ainsi à une notation correspondant à la réalité de son dossier bien qu’il soit en rupture avec les raisonnements et les modes de calculs et de notation.
« Quand on voit une belle fille, on ne mesure pas la longueur de ses jambes! » nous a confié hier un haut dirigeant du sport, résumant ainsi la différence entre le concept d’une part et les notations d’évaluations d’autre part ; les votes du CIO, qui suivent rarement le point de vue de la commission d’évaluation, sont là pour en témoigner.
 

Mercredi 18 Mars 2009 le vote sera soit classique pour un projet classique, soit novateur pour un projet novateur.
Dans tous les cas, Pelvoux Écrins aura pris date pour l’avenir et peut-être pour l’Histoire

 

ci-joint le recours
 

Índice
Go up