Joël Giraud co-signataire de 3 propositions...

Le député PRG des Hautes Alpes vient de co-signer 3 propositions de lois déposées à l’Assemblée Nationale prônant la nécessaire réhabilitation de la valeur sociale de notre territoire en cette période difficile pour les foyers les plus modestes.

La première proposition de loi, « hauts revenus et solidarité » a pour objectif de supprimer le bouclier fiscal et de plafonner la rémunération des dirigeants d’une société dès lors que la société bénéficie d’aides publiques.
Pour Joel Giraud, « les fondements mêmes de la cohésion sociale sont menacés. Il faut revenir à une politique fiscale qui mette fin à l’indécence d’une protection qui ne vise que les plus gros patrimoines. Il faut également plafonner les revenus des dirigeants d’entreprises ayant reçu des aides publiques, comme le met en œuvre par ailleurs le Président des Etats-Unis ».

La deuxième proposition de loi, « pour l’augmentation des salaires et la protection des salariés et des chômeurs » vise à défendre l’intérêt des salariés.
Pour Joel GIRAUD «  en cette période de crise, ce système ne permet plus de rémunérer correctement le travail et les salariés, et donc l’endettement des ménages croit avec la baisse du pouvoir d’achat. Il faut que cette dérive cesse et faire en sorte de donner une garantie sociale aux salariés ».

La troisième proposition de loi destinée à empêcher la répression d’un «  délit de solidarité » a pour objectif de protéger les gestes de solidarité de citoyens, d’associations ou d’établissements et services sociaux sans pour autant remettre en cause la lutte contre les réseaux qui exploitent la misère humaine.
Pour Joel GIRAUD « notre territoire a besoin d’une solidarité citoyenne, témoignage d’un rapport humain, et éviter que la volonté humaine en faveur des gestes de la solidarité ne soit menacée».

Enfin, pour Joel GIRAUD «  j’ai co-signé ces 3 propositions de loi car il est temps, en cette période de crise que l’argent des contribuables puisse être reversé de façon équitable, et il faut éviter qu’il serve à d’autres causes que le redressement des entreprises et surtout de revenir à la solidarité nationale»
 

Índice
Go up