Comment enlever un bebe mort dans le ventre

La mort d’un bébé dans le ventre, encore appelée mort in utero, est un accident fréquent touchant environ 15% des grossesses. Mais aussi rare que cela puisse paraître, la mort in utero est une éventualité douloureuse, à laquelle aucun parent ne se prépare. Elle apparaît tardivement pendant la grossesse. Le fœtus cesse de vivre et l’absence d’activité cardiaque est confirmée lors d’une échographie. 

Comment constater la mort in utero?

Si la maman a des soucis et ne sent plus d’activités de son bébé pendant plusieurs heures, il est fort conseillé d’avoir recours à une échographie et à une auscultation ultrasonique. Cela permettra d’entendre et de voir les activités cardiaques de l’enfant. En cas d’absence de ces derniers, les médecins ont la chance de recourir à un monitoring obstétrical. Si la mort in est constatée, vient alors le moment de la sortie du bébé, par accouchement naturel ou par césarienne. En général, les médecins suggèrent de faire une autopsie afin d’identifier la cause du décès et pour prévenir la récidive en cas de nouvelle grossesse. 

Accouchement du bébé mort et traitement

Si le fœtus mort n’est pas expulsé naturellement par accouchement, les médecins administreront une prostaglandine à la femme, médicament équivalent à une hormone stimulant les contractions utérines, pour activer la dilatation du col de l’utérus. Le microprostol est souvent utilisé pour ce genre de cas. Ensuite, la femme recevra généralement de l’ocytocine, médicament stimulant le travail, selon l’avancement de la grossesse. 

Si des tissus provenant du fœtus ou du placenta restent dans l’utérus, un curetage aspiratif est proposé par les médecins. Plus tard dans la grossesse, une procédure de dilatation et d’évacuation entrent en action pour évacuer le fœtus mort. Les soins administrés aux femmes après une mort in utero sont équivalents à ceux dispensés après un accouchement, soins post-partum.