Colique néphrétique : des conseils pour venir à bout de la douleur

La colique néphrétique est une forme de lésion affectant les voies urinaires. Sa manifestation se présente sous forme de :

  • douleur brusque,
  • douleur insupportable,
  • douleur très aigüe.

Ces douleurs sont ressenties sur un côté de la partie lombaire et abdominale. Mais la souffrance peut également s’étendre sur le flanc et l’aine ou encore sur les parties génitales

C’est une maladie qui reste très peu connue. Si vous souhaitez savoir c’est quoi réellement cette maladie souvent chronique, lisez l’article jusqu’à la fin. 

Colique néphrétique : Kesako ?

Contrairement à l’idée que la plupart des gens se font sur la colique néphrétique, il ne s’agit pas d’une maladie, mais d’un symptôme. Elle désigne une violente douleur très intense qui se manifeste au bas du dos, particulièrement dans une fosse lombaire. Plus précisément, la souffrance est causée par : 

  • une mise en tension du rein,
  • une obstruction des voies urinaires,
  • une dilatation des voies urinaires.

La crise de la colique néphrétique est une lésion qui peut engendrer la mort, car les symptômes se dégradent ultras vite. Elle est d’ailleurs vue telle une urgence médicale

La colique néphrétique : quelles sont les causes ?

La colique néphrétique est un genre de microtraumatisme provoqué lors d’un long voyage en voiture. L’un des éléments déclencheurs de ce malaise est une mauvaise hydratation. Mais, les facteurs déclencheurs réels ne sont pas les mêmes. 

En général, l’occlusion est provoquée par une lithiase ou un calcul sur l’urètre. Il s’agit d’une petite pierre qui se développe dans les canaux urinaires dus à un taux de calcium de grande quantité dans l’urine. 

L’apparition d’une colique néphrétique peut être aussi causée par une petite pression exercée par d’autres organes sur les urètres. À titre d’exemple, pendant la grossesse. Mais, il arrive également que la douleur soit déclenchée par : 

  • La migration d’un caillot sanguin.
  • Une inflammation.
  • Une malformation urétérale.

Par ailleurs, un obstacle interne peut être également causé par : 

  • Le rétrécissement inflammatoire ou cicatriciel,
  • Une tumeur pelvienne,
  • Une tumeur des voies rénales,
  • Une fibrose,
  • Des ganglions.

À titre d’information, l’uretère est un organe différent de l’urètre. L’uretère est un tuyau reliant la vessie et les reins, tandis que l’urètre est un tuyau qui relie la vessie avec la sortie des parties génitales. 

La colique néphrétique : les signes caractéristiques

La personne qui souffre de la colique néphrétique ressent surtout de la douleur intense au niveau lombaire. Quelquefois, la souffrance peut atteindre les organes génitaux. Les douleurs surviennent soudainement et sont jointes à une sensation de brûlure ou de déchirure. Le patient aura du mal à trouver une position qui lui convient et surtout moins douloureuse. Étant donné que l’intensité de la peine est variable, le patient restera agité et anxieux. 

Souvent, la colique néphrétique est associée à des signes urinaires 

  • Une douleur intensive au moment de la miction,
  • Des brûlures,
  • Des besoins fréquents et urgents ou l’inverse
  • L’absence totale de miction durant 24h,
  • Du sang dans les urines (quelquefois).

Par ailleurs, la personne qui souffre peut aussi présenter certains symptômes : 

  • De la fièvre,
  • Des frissons,
  • Des nausées,
  • Des vomissements suivis de fatigue.

Suite à ces symptômes, le patient peut devenir pâle et son état de santé se dégrade très vite. Dans tous les cas, il est impératif de consulter un médecin dans l’urgence. 

La colique néphrétique : les traitements médicamenteux

En cas de soupçon de colique néphrétique, le médecin réalise un diagnostic médical. Ainsi, il pourra facilement déterminer réellement le problème, mais surtout pour déterminer le traitement adapté à un malade. En général, le traitement médical de ce type de problème consiste à :

  • Injecter des antispasmodiques, 
  • Injecter des anti-inflammatoires  non stéroïdiens, 
  • Injecter des alphabloquants, 
  • Injecter des inhibiteurs calciques. 

Ceux-ci permettent d’écourter et d’alléger la douleur que le patient ressent. 

Source image : Pixabay

Une hospitalisation n’est pas toujours indispensable si le malade ne montre aucun signe de gravité : 

  • De la fièvre,
  • Des frissons,
  • L’arrêt définitif de la miction pendant 24h et plus.

Ainsi, le patient doit juste se reposer au lit durant quelque temps. Lors du traitement, il est doit boire de l’eau qui ne dépasse pas d’un litre durant les premières 24 h. C’est vraiment important, sinon, il risque d’encombrer ses reins. Il pourra boire autant qu’il veut une fois la douleur passée. 

Remède de grand-mère pour colique néphrétique : des remèdes complémentaires

La phytothérapie est un remède de grand-mère pour colique néphrétique qui consiste à faire usage des plantes pour soulager la colique néphrétique. Il s’agit d’une alternative aux traitements médicamenteux. Les plantes sont utilisées comme infusion lorsque la maladie apparaît. La technique permet ainsi d’accroître le volume des urines ou encore d’échapper à la formation des calculs rénaux. Pour ce faire, il est recommandé de privilégier : 

  • Les tisanes de cassis, 
  • Les tisanes de pissenlit,
  • Les tisanes de la bardane, 
  • Les tisanes de millepertuis, 
  • Les tisanes de reine des près,
  • Les tisanes de la prêle des champs, 
  • Les tisanes de l’ortie,
  • Les tisanes de maté.

Sinon, il est tout à fait possible de boire tout simplement du thé

Un autre remède de grand-mère pour colique néphrétique consiste à appliquer de la chaleur sur la partie endolorie. La chaleur agit comme une anesthésie naturelle, donc, il aide beaucoup à détendre les muscles et à les relaxer. Il contribue graduellement au rétablissement du patient. Pour réaliser ce remède, il suffit de placer une bouillotte sur les zones douloureuses. N’hésitez pas à réchauffer l’eau lorsqu’elle se refroidit et répétez l’action. Cette fois, il est conseillé de le répartir au bas du dos pour aller vers le ventre. 

Une autre alternative consiste à utiliser des pommades thermo chauffantes composé d’aloe vera. C’est une solution qui peut faire du bien en cas de douleurs. Si vous n’avez aucune idée de l’endroit pour le trouver, l’idéal est d’effectuer des recherches sur internet. Sinon, vous pouvez également demander dans les magasins habituels. 

L’utilisation de ce type de crème est très simple. Il suffit d’appliquer la crème sur les parties douloureuses. Dès qu’elle sera étalée sur votre peau, le produit se chauffe automatiquement. Il ne vous reste plus qu’à bénéficier de l’agréable sensation que la crème procure. 

D’autres astuces pour soulager la douleur du traumatisme

Certaines personnes choisissent d’utiliser de l’huile essentielle afin de venir à bout des maux. C’est un excellent remède de grand-mère pour colique néphrétique, toutefois, il est souvent difficile de choisir parmi les nombreux produits sur le marché. Pour bien choisir, il est conseillé de demander l’aide : 

  • De votre pharmacien,
  • De votre médecin,
  • D’un aromathérapeute.

Ils pourront répondre à toutes vos questions concernant le choix des huiles essentielles. 

À titre indicatif, mieux vaut opter pour : 

  • Des huiles essentielles de basilic, 
  • Des huiles essentielles  de khella,
  • Des huiles essentielles  de bigarde. 

Ce sont des choix qui pourront vous faire du bien. 

Si vous avez des urines beaucoup plus concentrées que tous les jours, c’est le signe d’éventuels problèmes au niveau des reins. En cas de colique néphrétique causée par des calculs rénaux, il est fortement conseillé de boire deux grands verres d’eau tous les soirs avant d’aller dormir. 

Pour évacuer les calculs, il est recommandé de boire : 

  • du jus d’orange,
  • du jus de cèleri, 
  • du jus de citron. 

Outre le fait d’aider à éliminer les calculs, le jus de cèleri contribue aussi à la formation des calculs rénaux. Pour ce faire,  il faut mixer plusieurs branches de cèleri avec de l’eau. Il ne vous reste plus qu’à boire la préparation durant la journée. Par contre, il faut éviter d’utiliser ce mélange en cas de tension artérielle basse ou encore une trouble de la coagulation. 

Source image à la une : Pixabay

 

Índice
Go up