Le Comité de candidature Pelvoux Écrins 2018 se satisfait d’avoir obtenu la prise en compte de ses corrections

Mercredi 18 mars les votants se prononceront donc sur la base d’un rapport corrigé de ses erreurs et de ses appréciations subjectives. Une simple transmission d’un rapport provisoire pour contradiction au préalable comme cela se fait de partout ; aurait permis d’éviter à Pelvoux de relever publiquement ces problèmes et aurait permis d’éviter d’écorner la crédibilité de la commission et de passer pour d’éventuels mauvais perdants alors même que nous nous préparons à perdre depuis le premier instant au regard de notre proposition en rupture avec les habitudes et une pensée unique. Les votants devront se prononcer avant tout mercredi sur:
 

  •  Quel type de JO la France veut proposer : des Jeux classiques ou la formule innovante de Pelvoux Écrins 2018 avec des Jeux en pleine nature et à la montagne?
  •  Quel est le territoire qui a le plus besoin de l’aventure Olympique en matière de développement sportif et de rééquilibrage territorial ?
  •  En fonction de ces 2 premières questions observer le rapport de la commission basé sur des JO formule classique (ville et montagne comme cela est indiqué page10).

Le résultat du vote sera donc riche d’enseignement quant à la vision que le mouvement sportif a de l’avenir et dans quelle mesure il sait prendre en compte l’avis des français qui à 81% (Ifop) préfèrent le concept Pelvoux et de l’Etat qui préconise le même choix (lettre Borloo/NKM). Pelvoux Écrins 2018 est conscient de la difficulté de la tache pour le CNOSF et réaffirme son respect de la légitimité du mouvement sportif à décider ce qu’il souhaite, à modifier les règles qu’il souhaite et rappelle n’être pour rien dans le changement des règles du jeu qu’il a décidé cette semaine en mettant sur la place publique sans information préalable, sans concertation, un rapport perçu par l’opinion (et les votants ?) comme un jugement définitif et éliminatoire. Le concept, l’image, le territoire choisi sont des choix à faire en amont.
Dans l’absolu les Jeux peuvent se faire n’importe ou (Sotchi 2014 en est un parfait exemple!), le dispositif quant à lui peut changer à chaque étape (c’est presque systématique) et en particulier en fonction du regard du CIO.

Le CIO va t’il d’ailleurs maintenir le même cap?
Revoir son approche en adéquation avec son discours? Changer ses notations?
La France doit-elle le pousser à d’autres choix ?
Quel concept peut l’emporter face à Munich et les autres ?...

Beaucoup de questions qui devront être dans l’esprit des votants bien avant le fait de savoir si un site Olympique de 2006 accessible par un col présente ou pas un risque! Ou si un centre de presse à 2 km de l’axe est excentré ou pas!

Contraint par le CNOSF a corriger et à réaffirmer sa différence, Pelvoux Écrins 2018 prendra acte mercredi du résultat du vote sans en contester un instant la légitimité. Pelvoux Écrins 2018 a déjà gagné une partie en prenant date pour l’avenir et peut-être pour l’histoire de l’Olympisme.

Índice
Go up