Home Actualités Briançon Les 500 ans de sa fresque sur les vertus, les vices et leur châtiment

Les 500 ans de sa fresque sur les vertus, les vices et leur châtiment

9 min de lecture
0
0
Les 500 ans de sa fresque sur les vertus, les vices et leur châtiment 1

Samedi 23 juillet 2016 à 21h30 sur le le parvis de l’église Saint-Apollinaire, L’Argentière fête les 500 ans de sa fresque sur les vertus, les vices et leur châtiment !

 

L’année 2016 marque les 500 ans de la réalisation des fresques de l’église Saint-Apollinaire de L’Argentière-La Bessée comme l’indique le cartouche central de la fresque daté de 1516.

Cet édifice religieux construit durant la fin du 15ème et le début du 16ème siècle fait partie de ces églises bâties en pleine réaction contre les hérésies Vaudoises, très implantées dans les Vallées du Pays des Écrins.

Remplaçant une précédente église de taille beaucoup plus modeste, elle était censée participer à la conversion des adeptes de Valdès au catholicisme.

 

Comme toutes les églises construites à cette époque dans la région, elle reprend les traits caractéristiques de la cathédrale d’Embrun dans le style roman lombard. Elle comporte une multitude de symboles qui participent à l’éducation des fidèles et à leur élévation spirituelle. Le plus étonnant est cette coquille Saint-Jacques, rappelant que L’Argentière se trouve sur la voie de Turin Arles du chemin de Saint-Jacques de Compostelle, parfaitement lustrée par les mains des pèlerins et des fidèles à chaque sortie des offices religieux.

Certains de ces symboles ont été laissés par les constructeurs eux-mêmes, comme en témoignent le compas et l’équerre imbriqués dans le « A » du fronton de la porte. Il y est indiqué « MATHÉ »  signifiant « transmet » et «  US » signifiant « ce que tu sais ». Il s’agit d’un  message compagnonnique véhiculé encore de nos jours par cette corporation. Les compagnons du devoir sont d’ailleurs présents sur la commune et animent un important centre de formation des apprentis.

 

Les fresques réalisées par des artistes italiens comme en témoigne la façon dont les personnages sont vêtus, furent achevées en 1516, en considérant la date figurant sur la voûte de la fenêtre.  Elles forment un symbole visible sur la façade sud de l’église, et idéalement placées pour être vues du plus grand nombre. Elles représentent sous forme d’allégories  les Vices (les sept péchés capitaux), les vertus qui leur sont associées, et dans le niveau le plus inférieur les châtiments qui attendent les fidèles corrompus en enfer. Malgré la forte dégradation de cette partie basse, on distingue encore les flammes et les suppôts de Satan torturant les malheureux contrevenants.

 

La partie haute représentant les vertus, donne l’exemple de ce qu’il faut faire, de comment chacun doit se comporter. Ces vertus sont symbolisées par des femmes ayant chacune un élément particulier. Si les cartouches les désignant sont quasiment effacés, on peut reconnaître cependant en premier l’Humilité à genou, suivie de la Largesse donnant une pièce à un bossu, la Chasteté en prière, l’Abstinence et sa carafe d’eau pure, la Patience résistant aux coups de gourdin qu’on lui assène, la Charité ouvrant les bras et enfin la Diligence lisant en filant la laine.

 

Les Vices représentés dans la partie du milieu sont figurés par des hommes ou des femmes montés sur un animal totem. L’Orgueil sur son lion est un roi aveuglé par son pouvoir. Il est suivi de l’Avarice juchée sur un porc qui dissimule sa cassette, la Luxure relevant sa robe, montée sur un bouc, la Gourmandise sur son renard boit du vin et mange du jambon, la Colère prête à se poignarder sur un léopard, l’Envie sur un chien, montre du doigt. La Paresse ferme la marche, vautrée sur son âne. Tous les vices sont reliés par le cou à l’aide d’une cordelette, car il est convenu de dire qu’un Vice ne vient jamais seul.

 

Il est de coutume de dire que la luxure avait les traits dans toute la vallée de la Dame Carle, épouse légère de Geoffroy Carle, Président du Parlement de Dauphiné. Ce dernier assoiffa la mule qu’elle chevauchait pour qu’elle soit précipitée dans les flots au Pré qui porte encore son nom au pied des glaciers Blanc et Noir.

 

Ces fresques avaient un but éducateur et moralisateur. Elles prêchaient la parole de la religion catholique auprès de ceux qui ne savaient pas lire et ne comprenait pas la messe dite en latin. Le parvis de l’église se transformait même en scène de théâtre, lorsqu’étaient jouées les pièces appelées « Mystères » ou « Moralités », les fresques servaient alors de décor explicitant les saynètes proposées aux spectateurs.

 

La commune de L’Argentière-La Bessée vous propose la projection d’un petit film documentaire sur l’histoire de Saint-Apollinaire et ses symboles, samedi 23 juillet 2016 à 21h30 sur le parvis de l’église. A l’issue de cette projection, un verre d’hypocras, boisson médiévale, vous sera offert et vous pourrez visiter l’église qui sera ouverte pour l’occasion.

N’oubliez pas d’apporter votre pliant !!!

En voir plus dans  Briançon

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Check Also

Boulangerie Les Pains d’Hauteurs – Monêtier-les-Bains – lespainsdhauteurs.fr

Vous êtes en Week-end ou en vacances dans la Vallée de Serre Chevalier, ou même, vous habi…