Comment « Black Power » a influencé le mouvement américain des droits civils

Comment « Black Power » a influencé le mouvement américain des droits civils

Tout le monde connait les figures emblématiques du combat pour les droits civiles des Afro-Américains, notamment Malcolm X et Martin Luther King Jr. Mais on connait moins les activistes du Black Power. En mettant l’accent sur la fierté et l’autodétermination, les dirigeants du mouvement Black Power ont fait valoir que l’activisme des droits civils n’allait pas assez loin. Le point sur le sujet avec le site spécialisé dans l’histoire américaine http://conference2014.fr/

« Par tous les moyens nécessaires »

En 1966, le mouvement des droits civils avait pris de l’ampleur dans un contexte où des milliers d’Afro-Américains adoptaient une stratégie de protestation non violente contre la ségrégation raciale et demandaient l’égalité des droits devant la loi. Mais pour un nombre croissant de ces Afro-Américains, en particulier les jeunes, cette stratégie n’allait pas assez loin. La protestation contre la ségrégation, pensaient-ils, ne répondait pas de manière adéquate à la pauvreté et à l’impuissance que des années de discrimination systémique et de racisme avaient imposées à tant de Noirs américains.

Inspiré par les principes de fierté, d’autonomie et d’autodétermination exprimés par Malcolm X (dont l’assassinat en 1965 avait attiré encore plus l’attention sur ses idées), ainsi que par les mouvements de libération en Afrique, en Asie et en Amérique latine, le mouvement Black Power qui a fleuri à la fin des années 1960 et dans les années 1970 a fait valoir que les Noirs américains devaient se concentrer sur la création de leur propre pouvoir économique, social et politique, plutôt que de chercher à s’intégrer dans une société dominée par les Blancs.

Les partisans du Black Power, en particulier les groupes plus militants comme le Black Panther Party, n’ont pas écarté le recours à la violence, mais ont accepté le défi de Malcolm X de se battre pour la liberté, l’égalité et la justice « par tous les moyens nécessaires ».

La marche contre la peur de juin 1966

L’émergence du Black Power en tant que force parallèle au mouvement principal des droits civils s’est produite lors de la Marche contre la peur, une marche pour le droit de vote dans le Mississippi en juin 1966. La marche a d’abord été lancée par James Meredith, qui était devenu le premier Afro-Américain à fréquenter l’université du Mississippi, alias Ole Miss, en 1962. Il avait entrepris début juin de marcher de Memphis (Tennessee) à Jackson (Mississippi), une distance de plus de 300 km, pour promouvoir l’inscription des Noirs sur les listes électorales et protester contre la discrimination en cours dans son Etat d’origine.

Mais après qu’un tireur blanc a tiré sur Meredith et l’a blessée sur une route rurale du Mississippi, trois grands leaders des droits civils, à savoir Martin Luther King, Jr. de la Southern Christian Leadership Conference (SCLC), Stokely Carmichael du Student Nonviolent Coordinating Committee (SNCC) et Floyd McKissick du Congress of Racial Equality (CORE) ont décidé de poursuivre la Marche contre la peur en son nom.

Dans les jours qui suivirent, Carmichael, McKissick et d’autres marcheurs furent harcelés par des spectateurs et arrêtés par les forces de l’ordre locales alors qu’ils marchaient dans le Mississippi. Lors d’un rassemblement de supporters à Greenwood, dans le Mississippi, le 16 juin, Carmichael (qui avait été libéré de prison ce jour-là) a commencé à diriger la foule en chantant « We want Black Power ! » Ce refrain contrastait fortement avec les nombreuses manifestations pour les droits civils, où les manifestants scandaient souvent « Nous voulons la liberté ! »

Le rôle de Stokely Carmichael dans le Black Power

Bien que l’auteur Richard Wright ait écrit un livre intitulé Black Power en 1954, et que l’expression ait été utilisée parmi d’autres militants noirs auparavant, Stokely Carmichael a été le premier à l’utiliser comme slogan politique d’une manière aussi publique. Comme l’écrit la biographe Peniel E. Joseph dans « Stokely : A Life », les événements du Mississippi « ont catapulté Stokely dans l’espace politique occupé en dernier lieu par Malcolm X ».

L’importance croissante de Carmichael le met en désaccord avec King, qui reconnaît la frustration de nombreux Afro-Américains face à la lenteur du changement, mais ne voit pas la violence et le séparatisme comme une voie viable pour l’avenir. Le pays étant enlisé dans la guerre du Vietnam (une guerre contre laquelle Carmichael et King se sont tous deux prononcés), et le mouvement des droits civils que King avait défendu perdant de son élan, le message du mouvement Black Power s’est fait entendre auprès d’un nombre croissant de Noirs américains.