Gabriel Combris, la vérité sur ce journaliste lanceur d’alerte

Depuis dix ans, le journaliste Gabriel Combris travaille pour diffuser les remèdes naturels auprès d'un lectorat de plus en plus nombreux. Fondateur de la maison d’édition Vivasanté Editions, ce journaliste est le directeur de publication des revues Plantissime, Révolution Santé et Du neuf pour ma santé. Auteur de plusieurs best-sellers, ses ouvrages les 65 Fantastiques et 100 remèdes naturels totalement révolutionnaires ont franchi le cap des 100 000 exemplaires diffusés.

Parcours académique et carrière professionnelle

Son parcours professionnel l’a conduit à collaborer avec plusieurs organes de presse. Il publie des articles dans les Échos, le Figaro, le Messager de Saint Antoine, ou encore le Nouveau Détective, etc. De 2013 à 2018, il publie des enquêtes et des dossiers sur la santé.

Ces publications font suite aux nombreuses affaires et scandales qu'il suit en tant que citoyen. Dans le même temps, il collabore avec les revues Plante et Santé, Alternative Bien-Être et PureSanté.

Quelques affaires ayant marqué Gabriel Combris

L’affaire du médiator, de la Dépakine ou encore des implants mammaires PIP sont autant d'affaires qui ont marqué Gabriel Combris. Rappelons que ces "traitements" ont causé la mort de plusieurs victimes et de nombreux problèmes de santé à leurs utilisateurs.

Le médiator, un coupe-faim qui sonne le glas

La vente du médiator débute en 1976. De nombreux médecins prescrivent cet antidiabétique aux personnes souffrant d’anorexie. Nombreux sont aussi ceux qui l’utilisent pour perdre du poids. Mais très vite, l’on constate des effets secondaires. Malgré les alertes des patients et d’autres utilisateurs, son retrait du marché français n’intervient qu’en 2009. Pourtant, le médiator est tenu pour responsable de la mort de 1000 à 2000 personnes. D’autres victimes encore en vie trimballent de lourdes séquelles en lien avec l’utilisation de ce médicament.

La presse relaie le scandale du médiator

La première alerte sur le médiator et ses effets cardiaques date de 2007. Elle est l’œuvre d’une pneumologue en service au CHU de Brest. Dans son rapport, la spécialiste signale de nombreux cas de valvulopathies chez des patients ayant utilisé ce médicament. Bien qu’ayant saisi l’Agence du médicament, il faudra attendre deux ans pour que l’Afssap consente à faire retirer du marché cette molécule ainsi que ses formules génériques.

L’affaire du médiator est l’un des plus gros scandales sanitaires jamais enregistrés en France. Dos au mur, le gouvernement est obligé de réagir. Xavier Bertrand, alors ministre de la Santé, invite toute personne ayant utilisé le médiator à consulter un médecin.

Le 29 mars 2021, près d’une décennie après son retrait de la vente en pharmacie, le tribunal de Paris condamne les laboratoires Servier au versement d’une indemnité de 180 millions d’euros aux victimes du médiator. Les condamnations touchent également les dirigeants de Servier, des cadres et autorités de santé. Il s’agit pour l’essentiel d’amendes à payer pour mise en danger de la vie d’autrui et suspension tardive de la commercialisation du médicament.

La Dépakine, un produit accusé de déformer l’utérus de la femme

Le début de la commercialisation de la Dépakine remonte à 1967. A l’époque, les médecins prescrivent ce médicament pour traiter les convulsions observées en cas de fièvre chez l’enfant, de troubles épileptiques ou bipolaires. Formulée à base de Valproate de sodium, la Dépakine est disponible en comprimés, en sirop et en ampoules buvables.

En 2015, le laboratoire Sanofi qui produit la Dépakine fait l’objet d’une plainte déposée par une famille. Selon l’avocat de cette famille, qui défend une trentaine d’autres plaignants, le fabricant avait connaissance des effets secondaires de son médicament depuis 1980.

Pourtant, les prescriptions se sont poursuivies jusqu’à 30 ans après, en 2010. L’accusation porte conséquemment sur la faible réactivité du laboratoire Sanofi et de l’Agence du médicament concernant le retrait du marché de la Dépakine. Or, cela ne fait aucun doute, les risques de ce médicament sur la femme enceinte étaient notoirement connus. On parle des malformations congénitales, d’un risque élevé d’autisme et de possibles retards chez l’enfant.

Mis en examen pour homicides involontaires, en 2020, le laboratoire Sanofi est jugé responsable d’absence de communication sur les dangers du produit. La sentence finale sera le versement à une famille d’une somme de 450 000 euros en raison du manque d’informations sur la notice du médicament.

L’affaire des prothèses mammaires PIP

Poly Implant Prothèse (PIP) est une société de droit français filiale d’un groupe allemand. Son siège se trouve à la Seyne-sur-Mer, dans le Var. En France, on recense, pas moins de 30 000 femmes ayant porté des prothèses mammaires PIP. A l’échelle mondiale, elles seraient entre 400 et 500 000.

C’est en 2010 qu’éclate le scandale des implants mammaires PIP. L’entreprise est accusée d’avoir rempli du gel de silicone dans les produits qu’elle commercialise. Problème, il s’agit d’un produit artisanal, bas de gamme et non hygiénique. De plus, il ne répondrait pas aux exigences de santé et à la norme en vigueur.

Selon des sources bien introduites, la société tentait ainsi de faire des économies sur les coûts de production. Il faudra attendre 11 ans, c’est-à-dire en 2021, pour connaître l’épilogue de cette scabreuse affaire. La justice, via la cour d’appel de Paris, reconnaît la responsabilité de l’entreprise mère et la condamne pour escroquerie et tromperie aggravée.

Plus d’information sur Gabriel Combris : https://www.linkedin.com/in/gabriel-combris/

Índice
  1. Parcours académique et carrière professionnelle
  2. Quelques affaires ayant marqué Gabriel Combris
  3. Le médiator, un coupe-faim qui sonne le glas
  4. La presse relaie le scandale du médiator
  5. La Dépakine, un produit accusé de déformer l’utérus de la femme
  6. L’affaire des prothèses mammaires PIP
Go up